Comment devenir propriétaire d’un cheval de course ?

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2018

Sommaire

Devenir propriétaire d'un cheval de course en France ne nécessite pas forcément de casser sa tirelire. Il est possible de rejoindre un groupe de plusieurs propriétaires pour un investissement minime.

Quoi qu'il en soit, la structure hébergeante doit obtenir l'aval de la Société d'encouragement du cheval français (SECF) ou de France Galop. Une fois cet agrément reçu, il n'y a plus qu'à choisir ses couleurs, effectuer son investissement et trouver un entraîneur.

Choisir d’investir dans le cheval seul ou à plusieurs

Devenir l'unique propriétaire

Cela sous-entend un investissement de départ de 20 000 € à 100 000 € pour acheter le cheval. Il est également nécessaire de posséder les moyens suffisants pour l'entretenir, au minimum 2 000 € par mois. Bien entendu, il est indispensable d'avoir l'espace nécessaire à son bien-être et son entraînement.

Plusieurs ventes aux enchères se déroulent chaque année, notamment au mois d'août à Deauville.

S'associer à d'autres personnes

Il s'agit de la solution la moins coûteuse. Elle est la préférée des passionnés ne disposant pas des moyens matériels et financiers pour entretenir une bête de course à eux seuls. Il est possible de rejoindre :

  • une association comportant un maximum de 6 membres ;
  • un syndicat de copropriétaires de chevaux ;
  • une société civile ou commerciale.

Louer un cheval avec option d'achat

Exactement comme dans le cadre de véhicules, il est possible de louer un cheval de course avec option d'achat. À tout moment, le loueur peut exercer son droit d'achat.

Cependant la répartition des gains est à discuter avec le loueur.

Lire l'article Ooreka

Obtenir l'agrément des autorités de tutelle

Pour les courses de galop

C'est France Galop qui délivre une licence aux propriétaires.

Les investisseurs intéressés doivent demander le formulaire et s'acquitter de frais de dossier de l'ordre de 1 000 € s'ils sont résidents français, et de près de 2 000 € s'ils résident hors de France.

Les commissaires du service des licences et livrets de France Galop étudieront la demande. Si elle est acceptée, l'investisseur recevra un numéro de compte.

Pour les courses de trot

Il est nécessaire de s'adresser à la société d'encouragement du cheval français (SECF) :

  • on s'y voit remettre une liste des conditions sine qua non pour investir dans un cheval de trot ;
  • les frais de dossier sont de 300 €, remboursés en cas de rejet du dossier.

Le choix des couleurs

Voilà bien la partie préférée des investisseurs. Chaque écurie possède donc ses propres couleurs, dont le panel est proposé par les autorités de tutelle. À l'investisseur de choisir les siennes.

Acheter le cheval

Il est possible d'acquérir un cheval de course via des ventes directes ou des ventes aux enchères. Il existe également des courses dites « à réclamer », au cours desquelles tous les chevaux participant sont à vendre.

Trouver entraîneur et jockeys

À moins d'être soi-même entraîneur, il est nécessaire de faire entraîner cheval et jockey par un professionnel. De fortes connaissances du milieu sont nécessaires afin de tomber, là aussi, sur le bon cheval.

En quête d’investissements à risque ?

  • Consultez la page FCIP-FIP.
  • Consultez le guide pratique de la Gestion de patrimoine.
  • Si vous comptez monter vous-même le cheval, n’oubliez pas de souscrire une assurance équitation.